« Puisque nous ne disposerons pas de ports, nous apporterons les nôtres. »
Lord Mountbatten

L'histoire des ports artificiels

Churchill n'avait pas attendu le résultat du raid de Dieppe pour envisager des solutions parallèles à la capture d'un port pour ravitailler les troupes au sol. Dès le 30 mai 42, 3 mois avant Dieppe, il adresse un mémo devenu célèbre à Lord Louis Mountbatten sur la construction de jetées flottantes : "elles doivent monter et descendre avec la marée. Il faut résoudre le problème de leur ancrage. Faites moi connaître la meilleure solution."
Le raid de Dieppe viendra confirmer sa formidable intuition : si des ports, nécessaires à toute invasion, ne pouvaient être pris, il fallait les construire.
Les différents composants seront construits en Grande Bretagne, remorqués à travers la Manche pour être assemblés face aux côtes normandes.

Le port est constitué de routes flottantes et de plates-formes de déchargement qui montent et descendent avec la marée.

Afin d'assurer une zone d'eau calme, une rade est prévue par l'immersion de blocs de bétons creux et de vieux bâteaux.

L'ensemble de la construction des divers éléments des ports artificiels est confié aux seuls britanniques dont l'industrie de guerre est déjà surexploitée. En moins de 9 mois, les britanniques vont pourtant construire l'ensemble des pièces détachées requises. D'énormes quantités de matériaux sont nécessaires et plusieurs dizaines de milliers d'hommes sont impliqués dans ce projet gigantesque.

Arromanches est libéré le 6 juin au soir et dès le 7 juin, les premiers bâteaux sont coulés. Le 8 juin, les premiers caissons Phoenix sont immergés. Le 14 juin, les premiers déchargements commencent. Complètement opérationnel dès le début du mois de juillet, le port artificiel d'Arromanches prouvera sa valeur lors de la grande offensive de Montgomery mi-juillet sur Caen. Pendant une semaine, plus de 18.000 tonnes de marchandises seront débarquées tous les jours.

Les vestiges du port artificiel sont encore visibles à Arromanches et quelques dizaines de caissons PHOENIX continuent d'assurer à Arromanches un plan d'eau calme et abrité.Véritable chef d'oeuvre d'ingénierie, le port artificiel d'Arromanches fut la clé de la victoire en Europe.